Manger entre les repas. Avaler un paquet de chips ou de gâteaux devant la télé. Prendre un nounours à la guimauve dès qu’on passe devant le paquet… Autant de manières de grignoter. Qu’on se l’avoue ou non, qu’on en soit conscient ou non, on peut vite prendre de mauvaises habitudes et manger bien plus qu’on ne pense. Et on le sait, le grignotage peut conduire au surpoids

Alors pourquoi grignote-t-on? Que faire face à une envie de grignoter irrépressible ? Cet article est là pour vous aider à comprendre les mécanismes du grignotage, et vous guider vers les 3 AS anti-grignotage.

Pourquoi grignote-t-on ?

Les raisons qui nous font grignoter sont multiples, et elles peuvent varier d’un moment à l’autre: cela peut tout être une habitude, cela peut faire écho à une émotion, ou bien tout simplement répondre à une sensation de faim. En voici des illustrations.

Une habitude à laquelle on ne fait même plus attention

Quand Stéphane rentre du travail, il s’achète deux pains au chocolat à la boulangerie et les mange. Une habitude ancrée depuis toujours et qu’il n’a jamais remise en question. En prenant du recul, Stéphane prend conscience que dans son enfance ses parents étaient peu présents. Par facilité ils lui donnaient de l’argent pour qu’il s’achète un pain au chocolat en rentrant de l’école. 

Jusqu’à présent Stéphane a prolongé cette habitude, et c’est en la remettant en question qu’il peut aujourd’hui réduire son problème de surpoids.

Comme Stéphane, vous pouvez avoir adopté des habitudes sans même vous en rendre compte, et en prendre conscience est déjà une première étape vers la perte de poids.

Une réponse à une émotion

Virginie a un travail stressant. Conseillère dans un service après-vente, elle fait face aux réclamations des clients mécontents à longueur de journée. C’est ainsi qu’elle évolue dans un environnement tendu même si elle s’entend bien avec ses collègues et sa hiérarchie. Par conséquent, elle éprouve le besoin de se réconforter le soir en rentrant et elle grignote ce qui lui tombe sous la main. Cela peut être aussi bien du salé ou du sucré, du moment que cela soit riche en gras ou en sucre.

Tout comme Virginie, vous pouvez ressentir des émotions qui vous amènent à grignoter. Faites le test: mangez-vous vos émotions ? , lisez l’article bonus « les 5 clés pour se libérer de ses envies de manger émotionnelles », et découvrez les 3AS anti-grignotage pour que les émotions ne vous mènent plus au surpoids.

Une réponse à la faim

Marie a trois enfants et un travail d’infirmière à temps plein avec des horaires décalés. Avec son rythme de vie intense il lui est difficile de prendre soin d’elle. A commencer par prendre le temps de manger, en particulier les jours où elle prend son service à l’hôpital à 6h du matin. Lorsqu’elle rentre de son travail en milieu d’après-midi, Marie ne se cuisine pas de repas et elle a pris l’habitude de manger sur le pouce ce qu’elle trouve dans son frigo. Elle mange vite et beaucoup, de manière déstructurée.

Vous aussi, comme Marie, peut-être avez-vous un rythme de vie qui renforce le grignotage. En revoyant vos priorités et en vous aidant des 3 AS vous pouvez mieux prendre soin de vous et amener plus de régulation dans votre alimentation.

Les 3 AS anti-grignotage

Faire face au grignotage n’est pas chose facile. Pour en venir à bout il est nécessaire de faire évoluer vos habitudes, de solutionner les problèmes émotionnels, ou encore de revoir vos priorités de vie. Mais en attendant que ce chemin soit parcouru, les 3 AS peuvent vous aider à gérer la situation.

Assez

Savez-vous dire quelle quantité vous avez mangé en grignotant ? En général la réponse est non. Çar quand on grignote, on ne fait pas réellement attention à ce que l’on met à la bouche. On en prend un, puis un autre … et un autre. Et ce jusqu’à ce que le paquet soit terminé, ou bien qu’on « n’en puisse plus », qu’on se soit « rempli ». On appelle cela « manger en pilotage automatique », bien loin de nos sensations alimentaires et corporelles. 

Le premier AS correspond à ASSEZ. Cela consiste à prévoir la quantité en fonction de notre besoin. Soit une petite quantité pour combler la faim du moment sans nous couper l’appétit au prochain repas. Soit ce qui va nous donner du réconfort (1 ou 2 carrés de chocolat par exemple) sans pour autant engendrer du surpoids.

Assiette

Quand on grignote, on prend directement dans le paquet. D’une part on passe complètement à côté du plaisir visuel que l’on peut éprouver lors d’un repas bien préparé. D’autre part notre cerveau n’enregistre pas vraiment qu’on a mangé et ne comptabilise pas ce qui est mis à la bouche. De ce fait, on ne prend pas pleinement conscience de ce qu’on mange, au risque d’ingurgiter une grande quantité d’aliments. L’idéal quand on a envie de grignoter est de mettre dans une ASSIETTE, un bol, ou une petite serviette la quantité qu’on a prévu de manger afin de bien la visualiser. 

Assis

Avez-vous remarqué dans quelles conditions vous grignotez?  Êtes-vous debout / lové dans le canapé / en marchant et faisant 3 choses à la fois … les réponses possibles sont illimitées !

Un point commun à toutes ces manières de grignoter est que cela se fait sans être assis à table. C’est à dire que la prise alimentaire n’est pas en pleine conscience. L’idéal est de se mettre ASSIS à table dans un endroit confortable. De façon à ce que notre attention soit bien focalisée sur le moment présent et qu’on profite réellement du fait de manger. Ainsi on est moins tenté de manger plus que prévu.

Ces 3 AS anti-grignotage  ASsez, ASsiette, ASsis– sont des astuces qui peuvent vous aider à revoir votre manière de grignoter et de diminuer le risque de surpoids. L’envie de manger est naturelle, il ne s’agit pas de lutter contre. Au contraire, l’accepter et apprendre à y répondre de façon adaptée est une étape nécessaire pour se libérer de son poids efficacement et durablement.

remarque: Manger entre les repas ne veut pas forcément dire grignoter

En France notre rythme alimentaire est basé sur 3 repas par jour: petit-déjeuner, déjeuner, dîner. En fait il s’agit là d’un rythme social, qui ne correspond pas forcément aux besoins physiologiques de l’être humain. Dans d’autres cultures, le rythme alimentaire est différent et les habitants s’en portent tout aussi bien. 

De ce fait, l’expression « manger entre les repas » peut tout à fait signifier qu’on ne mange plus selon le rythme social mais selon ses propres besoins physiologiques. Cela relève alors d’une démarche consciente et choisie. 

Dans ce cas il s’agit de collations, par exemple vers 10h et 16h, au cours desquelles on mange le dessert que l’on n’a pas pris au moment du repas précédent. Il ne s’agit pas de grignotage, et il n’y a aucune raison de remettre en cause ce fonctionnement s’il convient.

Anne GAELLE Un Poids en Moins.com

Et vous, vous arrive-t-il de grignoter ? Faites part de votre expérience avec la communauté dans les commentaires.

Et n’oubliez pas de partager cet article dans les réseaux sociaux !

 

Partagez l'article :
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages

Cet article a 4 commentaires

  1. Bonjour et Merci pour vos bons conseils.

    Je grignote oui, quand je suis énervée stressée ou quand je m ennuie.
    Gâteaux sucrés le plus souvent et salés de temps en temps.
    Les vacances set terminent et j ai beaucoup moins grignoté. Disons que c était des encas plaisirs en toute conscience.
    Mais demain reprise du travail….vais je gérer cela ?
    En tout cas après lecture de vos conseils je pense faire plus attention aux raisons, aux moments, a la façon de les prendre et aux aliments pris.
    Agréable journée et bonnes vacances à tous
    Marie thé

    1. Merci beaucoup Marie Thé pour votre témoignage, qui montre au combien on peut grignoter selon les circonstances… Je vous souhaite de bien utiliser ces 3 AS ! Bon courage pour la reprise
      Anne GAELLE

  2. Bonjour Anne-gaelle, cet article est super intéressant.
    Pour ma part, je me retrouve dans les 2 dernieres situations. je mange sur le pouce à cause des histoires décalés et les jours de repos, mange dans toutes les positions sauf à table. Le week-end est plus propice à un certain équilibre car la vie de famille reprend son cours.
    j ai remarqué que je grignote beaucoup quand je suis aux fourneaux vers 18h00 je peux pas m’en m’empêcher, du coup j ai souvent plus faim à table le soir mais je mange malgré tout pour passer le moment en famille.
    merci Anne-Gaelle. et bonne journée

    1. Merci Virginie pour ce temoignage, je vous souhaite de réussir à prendre soin de vous malgré ce rythme de vie intense…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement mon 

"Guide pour PERDRE DU POIDS sans frustration "