Un Poids en Moins

Vous arrive-t-il parfois d’avoir faim alors que vous venez de manger ? d’avoir faim systématiquement lorsque vous rentrez du travail ? d’avoir faim après une dispute? …

Mais de QUELLE FAIM parlez-vous ?

Et si ce n’était pas de la VRAIE faim ??? …

Une seule solution pour le savoir: écouter son CORPS !

Notre corps est composé de capteurs très élaborés, qui nous permettent d’évaluer si la sensation que nous avons est vraiment de la faim: la gorge sèche, les gargouillis dans le ventre nous indiquent un premier niveau de faim. Un mal de tête, des vertiges, une fatigue intense peuvent nous dire qu’il est vraiment temps de manger !

Ces signaux physiologiques sont à distinguer de ce qu’on peut interpréter comme de la faim, et qui peuvent tout simplement venir d’une habitude prise sans même sans rendre compte, ou d’une émotion qui nous submerge et que l’on a envie de compenser par de la nourriture. Méfions-nous de nos gestes réalisés en pilote automatique, sans même que l’on ne s’en rende compte…

Et méfions-nous aussi de l’ennui, la contrariété, la colère, la tristesse… ces émotions peuvent nous faire croire que nous avons faim et nous faire manger, bien au-delà des besoins de notre corps.

Et vous, quand vous avez faim, est-ce vraiment de la FAIM ??? 

Identifiez ce qui vous fait manger et partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous !

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cet article a 7 commentaires

  1. Pour ma part, que je sois dans un état de joie, d’anxiété, de colère, tout est prétexte pour manger.
    J’ai réussi quand même à limiter les dégâts en pensant à ce que je faisais.
    Petit à petit, je prenais conscience que si je mangeais tels ou tels produits, les conséquences pouvaient être désastreuses.
    J’ai assisté à une séance de manger en pleine conscience, cette méthode fonctionne réellement, j’ai même perdu du poids très vite.
    je n’ai pas continuer cette méthode car trop contraignante pour ma vie familiale mais je m’en inspire au quotidien et grâce à cela, j’ai réussi à ne plus me lever la nuit pour manger, je me suis aperçu aussi que lorsque je voulais du sucré c’est parce que j’avais soif maintenant que je le sais je bois de l’eau ou bien du thé sans sucre.
    Bien sûr, je n’ai pas réussi en 1 jour, il faut vraiment être prête dans sa tête et avoir de la motivation pour y arriver.
    Depuis que j’ai commencé il y a 6 mois et demi j’ai perdu 4 kg. Ce n’est pas énorme, mais c’est déjà bien je perds doucement.
    Mon objectif futur est de perdre 30 kg, mais j’évite de trop y penser car, plus j’y pense , plus je suis frustrée, tellement le chemin est long pour y arriver.
    Mais c’est un combat que je mène tous les jours et j’y arriverai

    1. Merci Francine pour votre témoignage, qui montre bien qu’en modifiant notre comportement alimentaire, en étant à l’écoute de nos sensations, on peut se rapprocher de notre poids d’équilibre. Je vous souhaite de persévérer, de restée motivée et d’atteindre votre objectif.

    2. Bonjour Francine
      Je suis très curieuse de cette méthode dont tu parles. On peut en discuter en mp sur facebook STP?

  2. Bonjour je mappelle sophie je serais interesser

  3. Bonjour
    Le stress et les emotions négatives me poussent vers mon placard et ce n’est qu’en constatant que ce que je mange ne me fait pas spécialement plaisir voir même me dégoûte que je prends conscience de ce que je suis en train de faire (la plupart du temps arrive alors le sentiment du culpabilité et de mal-être).
    J’essaye maintenant de prendre le temps d’y penser avant (“en ai-je vraiment envie”, “est-ce que je peux le remplacer par autre chose”, ….. ) et pendant (“est-ce que j’apprécie ce que je mange”, “est-ce que j’ai besoin de finir tout ce que j’ai pris”, ….) Ça m’aide à limiter mes élans et mes quantités. J’essaye aussi de remplacer ces choses ultra caloriques par une infusion (c’est souvent le soir, seule quand tout le monde est couché).
    Pas évident de canaliser ces émotions pour prendre le temps de les gérer autrement.

  4. Depuis que j’ai consulté une diététicienne qui m’a appris à distinguer une vraie faim pour me nourrir à une faim qui correspondait à satisfaire une frustration, un ennui ou un sentiments de tristesse je me sens beaucoup mieux.

    J’ai appris à manger aussi quand j’ai vraiment faim et à m’arrêter quand je n’ai plus faim. C’est vrai que c’est compliqué à mettre en oeuvre avec une vie de famille mais j’y parviens assez facilement. En procédant ainsi j’ai réussi à perdre 7 kilos, je sais que ce sera long mais écouter son corps est primordial.

    Ce que j’apprécie c’est de ne pas me sentir frustrer car c’est souvent çà qui a été responsable de l’échec de mes multiples régimes. J’ai le droit de manger un carré de chocolat sans me sentir coupable et moi qui craignait les fêtes de fin d’année et bien je n’ai pas pris un gramme et cela sans me priver de bûche.

    Je sais que cela sera long mais je ne désespère pas et surtout je ne me mets pas d’objectif sinon je vais baisser les bras.

    1. Merci Rose-Hélène pour ton témoignage, et bravo pour tout le chemin que tu as parcouru pour réapprendre à manger en écoutant tes sensations alimentaires. Je ne peux que te souhaiter de poursuivre ainsi !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement mon 

"Guide pour PERDRE DU POIDS sans frustration "